Hydratation, ..quelques rappels.

Hydratation, ..quelques rappels.

Pourquoi boire pendant l’effort ? Avant et après ? Notre corps est composé d’environ 60% d’eau. Lors des différents mouvements de la vie courante et pendant la pratique sportive le corps monte en température et la transpiration est mise en œuvre pour  le refroidir , tout comme pour le moteur de votre voiture . Dans la journée le corps perd environ 2,5 litres d’eau par la transpiration mais aussi les selles , l’urine et la respiration. La déshydratation même légère   est le facteur responsable de la contre-performance, mais aussi lune cause de blessures telles que les tendinites Si l’hydratation baisse de 1% les capacités physiques baissent de 10% ..c’est déjà important mais pas critique, cependant le cerveau sera moins  » efficace  » avec parfois un temps de  » réponse  » un peu plus long et donc un manque de lucidité expliquant des chutes en descente . Une perte de 2% de son poids en eau entraine une perte de 20% des capacités physiques et ainsi de suite ce qui fait qu’un sportif de 70 kilos qui perd 2Kg perd 30 % de ses capacités physiques et entre dans une zone dangereuse. Personne n’est épargné , même en dehors d’activités sportive , les personnes âgées et les nourrissons sont particulièrement à surveiller .. Pour savoir si l’hydratation est suffisante il suffit de regarder son urine : elle doit être claire et non pas foncée . Comment et quand s’hydrater ? Il faut tout au long de la journée par petites gorgées et ne pas attendre la sensation de soif même pour les sédentaires. La consommation journalière devant être de minimum 1.5litre sachant que les repas, les fruits et légumes apportent aussi leur part d’eau. Pour les sportifs il faut ajouter 500 ml par heure d’effort. Pour des efforts de moins d’une heure l’eau plate suffit mais au-delà il est conseillé de boire une boisson de l’effort contenant des sels minéraux, des vitamines, des glucides. Évitez les boissons gazeuses en trop grandes quantités mais buvez souvent et peu à la fois. La nuit pensez à disposer aussi d’un litre d’eau à portée […]

News lues sur les revues cyclistes …

Bonjour à tous , Après huit jours de congés  je me plonge dans la lecture des revues cyclistes et je vous livre donc quelques réflexions: – CAYO DISC de FOCUS : pour ce cadre avec freins à disque je note  que la technique utilisée en VTT est de mise avec l’axe de gros diamètre traversant  et une rainure pour le montage de la roue. Cela limite l’utilisation au CLM ou au cyclotourisme  mais surement pas  à la course en peloton. – SAV Canyon  et mésaventures des clients  lu page 31 de TOP VELO N°209 . A méditer et à comparer au SAV des petits artisans Français – Les selles Ergonomiques ( TOP VELO 209 ) . Mon expérience m’a montré  que  laisser un vide  au milieu d’une selle déportait les problèmes et de compression du périnée on passait à échauffements.( moins de surface de contact pour autant de poids = pression supérieure ). Le solution vient   avant tout de  faire un bon réglage de la selle en HS- RBS- et inclinaison mais pas que ..car même avec une selle bien réglée si les cales sont sur-engagées il y a aura  compression du périnée. Vouloir traiter un problème sans  voir l’ensemble n’est pas la bonne solution. Enfin , il faut se souvenir que  la creux de selle donné l’est pour une selle « à l’horizontale  »  alors que dans les faits cette selle  , pour peu qu’elle soit creusée ,  devras être légèrement inclinée vers le bas ( pour le bec)  et son creux de selle avancera … En 1972 on roulait avec des pédales à cale pied  sans jeu et on ne parlait pas de  tendinite. En 1972 on roulait avec des selles unicanitor de cinelli et on ne parlait pas de compression du périnée mais  en regardant bien ces selles étaient  avec un bec arrondi tout comme le reste de la selle ce qui permettait  une  » rotation  » du bassin sans risque pour ceux qui avaient une légère différence de longueur des membres. Aujourd’hui avec des selles  » plates  » cette  » possibilités  » n’existe plus ….. Lu sur […]