Freins à disques sur vélos de route

Freins à disques sur vélos de route

Dans le domaine du cyclisme, le marketing fait croire aux cyclistes que si l’entreprise ne propose rien de nouveau elle n’évolue pas!

Ainsi vois t on  fleurir des freins à disques sur les vélos de route !

Autant  sur les VTT cela semble nécessaire et ne présente   pas de risque au regard de la résistance des fourches et des roues autant sur les vélos de route cela ne semble pas   étre justifié.

Certains  diront que le freinage est plus important , et que le risque de voir un boyau se décoller n’existe pas  et c’est vrais ; cependant quid de la résistance de la fourche , quid de la résistance de la jante , quid du poids supplémentaire  pour le moyeux, quid du dépannage pour les coureurs  sur les épreuves  UCI ?

Bref , pour monter un frein a disque sur une fourche il est nécessaire qu’elle soit   suffisamment résistantes et je ne doute pas que certaines casseront  avec les risques  de chute pour les cyclistes.

Les freins actuels avec de bons patins  apportent suffisamment de sécurité  pour peu que l’on sache freiner et descendre ….

Au lieu de vouloir sortir des nouveautés  avec ces freins pour les vélos de route les constructeurs devraient  déjà intéresser à la conception des cadres   d’une manière plus mécanique :
– boitier centré sur des filetages
– boitier BB30 emmanché en force
– moyeux de roues avec des roulements rigides
N’entends t on pas dire :

 » il faut que les roulements se fassent  »  cela veut simplement dire que l’alignement des roulements est mauvais et que le roulement s’use pour pouvoir tourner librement  .. lorsque les roulements seront  » faits  » ils seront  » morts  » .

Là il ne s’agit pas de progrès mais simplement de  mécanique .

Dans ce domaine les progrès sont  à faire ..

Pour les lecteurs  de revues cyclistes  les vélos présentés sont dits  » plus rigides et plus confortables  »  mais on lit aussi que certaines marques  mettent maintenant des tiges de selle de diamètre 25.4 sur le synapse   et on entends parler de  liaison avec  élastomère  ou shock absorber  .

Dans les faits, d’un coté on rigidifie et de l’autre comme le  cycliste reçoit encore plus de   » vibrations  » on veut isoler   la selle et le cintre du reste du vélo ..

On veut le tout et son contraire sur un même vélo… qui sera utiliser par le pro développant 450 watts au seuil et le cyclo qui lui culminera à 250 watts ..

Où veux on aller ?

Une géométrie sur mesure , une position adaptée , un cadre en titane et des roues suivant le parcours devraient suffire a plus de 80% des cyclos qui de plus auront la  » banane  » ..

SDS032007vb

Le rédacteur sur les Stages Du Soleil….

3 Responses to Freins à disques sur vélos de route

  1. Bonjour Vincent,

    Je vous rejoins tout à fait sur les points mécaniques cruciaux négligés par l’industrie du cycle (notamment les roulements en effet, où voudrait nous vendre de la céramique pour améliorer des montages bancals.)

    Toutefois, il convient de dissocier les avantages de certaines solutions, de la façon dont les marques la réalisent. Ainsi, le disque sur route a pris une belle claque grâce à SRAM et son lancement foireux. Il n’en reste pas moins que l’efficacité du frein à disque est sans commune mesure par rapport au frein sur jante, pour deux raisons principales et touchant directement à la sécurité :

    – plus d’action sur la jante, qui se trouve ainsi préservée de l’usure et de l’échauffement (éclatement de chambre à air), et qui permet également de s’affranchir des conditions climatiques (tout le monde ne roule pas sous le 45° parallèle 😉 )

    – le mécanisme de freinage s’applique au moyeu, laissant ainsi le rayonnage et la jante travailler. Ceci améliore grandement l’adhérence.

    Il est donc important de comprendre que l’utilisation du disque ne permet pas seulement d’améliorer la puissance de freinage, mais elle permet une meilleure utilisation de ce freinage par le couple roue/pneu. Les distances de freinage sont donc très fortement réduites, avec moins d’effort, et par tous les temps. Ce n’est pas un gadget marketing. Bien entendu, à chacun de juger s’il en a « besoin » (mon Raleigh de 73 freins Mafac me satisfait aussi, n’est-ce pas ?), mais on ne peut pas dire que ça ne sert à rien.

    Bien entendu, cela exige une qualité de construction différente pour les composants impactés (cadres, roues), cela est simple à faire avec de la bonne volonté et de la méthode, mais tout est fait bien sûr pour ne pas lancer un produit parfait d’emblée, histoire de pouvoir « améliorer » la chose d’année en année. Je répète  » il convient de dissocier les avantages de certaines solutions, de la façon dont les marques la réalisent ».

    Quoi qu’il en soit, il est possible aujourd’hui d’avoir un vélo de route avec disques parfaitement fiable. Les artisans et composants existent, il faut savoir les choisir.

    Prenez garde à ne pas crier « au loup » sur des améliorations réelles et bénéfiques pour le cycliste, sous prétexte que d’autres aspects méritent également des progrès. Les détracteurs du disque font le jeu des grandes industries, qui se frottent les mains en continuant à vendre les deux standards, avec des améliorations microscopiques d’années en années.

    Amitiés,

    Phanuel

    • Je pense que les freins actuels sont largement suffisants.

      Certe le disque est plus intéressant pour les cols et sous la pluie mais peut être faudrait il que les cyclistes apprennent à descendre .

      J’ai vu les photos de fourche route avec le mécanisme qui tient l’étrier arraché …

      Il faudra renforcer les roues et les moyeux mais aussi les jantes pour quel bénéfice réel ? A mon avis aucun , de plus en cas de crevaison hors de question de changer la roue … il faudra changer de vélo donc des pertes de temps et enfin les tests ont révélé de nombreux problèmes de fuites … Pour la pratique cyclo pourquoi pas car on prend le temps..

      Je compte bien continuer à  » polémiquer  » car avant le disque pas forcément nécessaire les cyclistes devraient apprendre à s’entrainer et s’alimenter et je ne connais aucun cycliste qui avec des freins a disques soit en mesure de suivre Moncassin en descente, même sous la pluie ..Donc il y a beaucoup de choses à faire avant et j’en ai un peu marre de voir les pubs dans toutes les revues mais quand tu veux acheter un groupe ultegra en compact et qu’il faut faire 4 fournisseurs en Europe et passer une demie journée je crois qu’il faut revenir à la raison et ne pas vendre ou vouloir vendre la peau de l’ours avant de l’avoir attrapé..

      On est dans une société qui te dis ce que tu dois faire et moi je refuse qu’on m’impose quoi que ce soit……….

      Cordialement.

      VB

    • Re
      Le frein à disque présente des dangers et la nouvelle Norme ISO4210 previse qu’il ne faut pas d’arette tranchante ! Oups ! C’est oublier rapidement les fameuses photos de l’accident sur Paris Roubaix.
      Cela n’arrivera pas chaque jour . Cependant pour les courses en peloton cela présente un danger car si le disque freine mieux qu’en sera -t-il de l’adherence des pneumatiques ..pour ma part je n’aurai aucune hésitation pour le cyclotourisme puisque là il a encore plus son utilité car les cyclistes descendent sur les freins et bien sur sur les gravels .
      Enfin j’ai horreur que l’on veuille imposer quelques chose pour uniquement faire du fric..car frein à disque = nouveau vélo et nouvelles roues ….

Laisser un commentaire